mercredi 9 octobre 2019

Le dernier toro de El Adoureño synthétise sa temporada

A Mojados, au sud de Valladolid, l'organisation laisse un peu à désirer. Il faudra attendre 14 heures pour que le dernier toro de l'encierro du matin entre dans son chiquero afin de débarquer le bétail de la corrida et effectuer enfin le sorteo. Déjeuner à 15h30!!
Alors que El Adoureño a brindé son toro à toute la cuadrilla lors de la précédente corrida, il brindera ce premier toro à son banderillero de confiance Javier Cerrato, celui avec qui il s'entraîne régulièrement au sud de Madrid, celui qui le conseille depuis le burladero à chaque corrida, celui qui l'oriente, le corrige et qui l'a amené au niveau où il se trouve en cette fin de temporada, tout cela avec cariño, mais aussi autorité.
Le premier toro de El Adoureño n'est pas très beau avec ses cornes dissymétriques, son comportement ne sera pas non plus des plus nobles. Cependant Yannis essaiera de le corriger et de lui trouver quelques qualités, mais le toro ne lui offrira pas beaucoup d'options.

N'ayant pas obtenu de trophée à son premier, El Adoureño ne compte pas ranger ses costumes sans faire parler de lui, il veut du combat. 
La nuit est déjà tombée pour ce sixième toro et la piste n'est pas très éclairée. Dès la sortie du toril, Yannis ne laisse pas le soin aux peones de faire tourner le toro dans le ruedo pour observer son comportement. El Adoureño va à la rencontre de son adversaire pour l'accueillir par une larga de rodillas, puis une autre et les chicuelinas s'enchaînent. Le ton est donné. Muleta en main au centre de l'arène, El Adoureño cite le toro par une cambiada, puis une autre et déroule son répertoire dans une faena qui va a mas ...comme sa temporada. Compte tenu du faible éclairage, le toro semble charger dans l'ombre de la muleta plutôt que celle-ci. Ce n'est pas grave, le maestro domine ; ce soir, nul ne peut lui faire changer son objectif de réussite.

El Adoureño tiene ganas, il prend du plaisir, transmet l'alegria dans les gradins, le public est ravi. 
Le dernier geste est magnifique, l'épée est idéalement placée, sauf que la chance n'est pas avec lui aujourd'hui, le toro ne tombera qu'après le descabello.

El Adoureño nous aura montré avec ce bon toro toute son envie, son courage, son talent, sa technique, sons plaisir, sa générosité.

En terminant cette 1ère année de matador à la 42ème place, en étant le 3ème français, avec 10 corridas, 15 oreilles et deux queues, 
El Adoureño, est une belle promesse pour la temporada 2020!