lundi 30 juillet 2018

El Adoureño blessé à Hagetmau



La feria de novilladas d’Hagetmau. Deuxième course du cycle. Des novillos d’Ana Romero et Rehuelga pour Toñete, El Adoureño et Dorian Canton .
 El Adoureño, jeune novillero de Nogaro est pris au cinquième exemplaire : coup de corne dans le scrotum sur une dizaine de centimètres avec sortie de testicule. Pris en charge par l’équipe chirurgicale des arènes il a été anesthésié puis évacué vers les urgences de l’hôpital Layné à Mont-de-Marsan, ses jours ne sont pas en danger. Il sera ce lundi examiné par un urologue. El Adoureño doit toréer samedi prochain lors de la feria de Parentis- en- Born.





 "El Adoureño a échappé fort heureusement à un coup de corne qui eut pu être bien plus grave.  Attrapé par le cinquième novillo il est violemment soulevé puis repris au sol. La blessure est douloureuse mais peu grave …enfin on parle là de toreros et donc d’êtres hors du commun. Ce qui clouerait au lit pour trois semaines n’importe qui va dans son cas lui permettre pourtant de toréer samedi. Quant à la course d’Ana Romero et Rehuelga elle a offert le bon, le moyen et le médiocre avec du sérieux dans la présentation. Le plus mauvais « sorteo » pour El Adoureño qui se mange une sacrée carne puis un novillo qui veut le croquer… »Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne
El Adoureño devrait quitter l'hôpital de Mont de Marsan ce lundi après midi et sera sur pied le week-end prochain pour assurer ses engagements à Parentis samedi 4 août et à Soustons, dimanche 5 août.

dimanche 29 juillet 2018

Javier CERRATO blessé à Tudela



Javier CERRATO, second banderillero de El Adoureño est blessé à Tudela en posant les banderilles pour le nouveau matador Pacheco. Souhaitons-lui un prompt rétablissement pour le retrouver dans la cuadrilla dès le week-end prochain à Parentis et Soustons.

vendredi 27 juillet 2018

Les novillos d'Hagetmau sont arrivés

Découvrez ici le débarquement des novillos qu'affronteront dimanche 29 juillet à 18 heures :
Toñete - El Adoureño - Dorian Canton

samedi 21 juillet 2018

Le jour où l'on devient matador

Benjamin Ferret, journaliste à Sud-Ouest, a écrit un excellent article sur l'alternative, en préambule des fêtes de la Madeleine 2018, mercredi 18 juillet dernier.

Ce sujet étant d'actualité pour notre torero, nous vous proposons de découvrir ici cet article.

samedi 14 juillet 2018

El Adoureño va à mas

El Adoureño tire le feu d'artifice avec un jour d'avance.
Les deux fers retenus pour cette novillada Goyesque ne manquaient pas de vivacité, allant rapidement au cheval.
El Adoureño a placé en premier celui de la ganaderia El Cubo. Yannis se distingue au capote, faisant réagir le public. Son picador français Laurent Langlois le pique sans trop l'affaiblir, Javier Cerrato aux banderilles salue, le torero fait le reste. Tiene muchas ganas. Il joue avec le novillo, déroulant sa technique qui s'affirme de plus en plus. Il communique avec le public qui s'enflamme. Ce public de l'ouest espagnol est très aficionado et exigeant. Deux oreilles pour El Adoureño viennent récompenser sa grande faena et l'excellent travail de sa cuadrilla.
Son second novillo est celui de la ganaderia Fuentespino.
Bis repetita, avec la différence que celui-ci est encore meilleur. Le public réclamera l'indulto, mais le président juge que ce n'est pas un novillo d'indulto. Comme pour son premier une épée idéalement placée fait tomber le toro rapidement. Deux oreilles à nouveau pour le torero français.
El Adoureño avait plaisir à rencontrer son compagnon de paseo Toñete qui occupe la première place de l'escalafon, en organisant lui même le plus grand nombre de ses novilladas. Celui-ci ne coupera qu'une oreille. La compétition continue.
Quel plaisir de voir El Adoureño exercer son art avec autant d'envie, de maestria.


Première Goyesque, première nocturne, première sortie à hombros.
Décidément, ce vendredi 13 restera gravé dans les annales.

jeudi 12 juillet 2018

Vendredi 13 juillet, novillada goyesque nocturne

Trois faits marquants pour cette prochaine novillada goyesque nocturne à la frontière portugaise :

- nous serons un vendredi 13
- El adoureño sera au paseo pour la première fois d'une novillada goyesque
- El Adoureño sera au paseo d'une novillada nocturne pour la première fois de la temporada

Suerte torero!

lundi 9 juillet 2018

El Adoureño confirme son retour

Pour cette deuxième novillada dans le Sud-Est de la France en une semaine, El Adoureño confirme son retour.
A Tarascon, Pascal Mailhan et les organisateurs de cette novillada piquée de dimanche 8 juillet avaient retenu la ganaderia voisine de Patrick Laugier.

Les deux fers de Patrick étaient représentés, El Adoureño héritant du seul "Dos Hermanas" n°820 avec un "Piedras Rojas" n°879. Yannis opta pour faire sortir en premier celui qui paraissait avoir plus de volume.


El Adoureño se distingua à chacun de ses deux novillos au capote. Les picadors ont obéi au torero en effectuant seulement deux petites piques chacun, ce qui a permis à El Adoureño de dérouler sa technique et de prendre plaisir face à ces deux novillos nobles très coopératifs.

Grâce à sa cuadrilla performante et à sa plaisir retrouvé, El Adoureño a coupé une (grosse) oreille au premier et une oreille au second. Encore une fois, une seule épée aura suffi à chacun de ses deux novillos pour les voir tomber rapidement.
















Première sortie a hombros de la temporada qui en appelle d'autres. El Adoureño remporte également le IVème trophée de la Jouvenço, prix "NIMEÑO II" qui consacre le meilleur novillero de l'après-midi.
Notons que Nimeño démarra sa carrière de torero dans ces arènes de Tarsacon en Provence en 1968.

Le ganadero Patrick Laugier sera honoré à la fin de la novillada pour son excellent lot de novillos, le second effectuant une vuelta posthume.

dimanche 1 juillet 2018

El Adoureño, le retour...

Lors de la visite des novillos aux corrales de Béziers, juste avant le sorteo, Michel Bouisseren
l'organisateur de la novillada de Boujan sur Libron annonce la couleur : Boujan est une plaza toriste, nous souhaitons mettre en valeur la suerte de vara. Donc seront seuls en piste le picador, le novillero et le lidiador, et il faudra placer, comme en concours, le novillo de plus en plus loin. Le ton est donné!
Par ailleurs, il nous informe que le novillo n°4 ne s'est pas calmé depuis le débarquement de mardi, au point de l'isoler dans les corrales, il est toujours resté très nerveux.
Les lots sont formés et le n° 4 se trouve avec le n°14. Le sorteo attribue ce lot à El Adoureño! Malheureux présage? La malédiction continue-t-elle?
Yannis le positionne en premier pour espérer finir sur une bonne note avec le n°14 qui semble bien fait, comme les autres d'ailleurs.

El Adoureño torée en seconde position, Maxime Solera vient de se faire bousculer avec son premier, il est à l'infirmerie. Le n°4 sort du torril, il n'est pas facile à la cape, au point de l'ôter des poignets d'El Adoureño. Laurent Langlois s'emploiera à trois reprises à le piquer, El Adoureño respectant les consignes pour valoriser cette suerte et donc le novillo.
Boujan revendique sa plaza toriste, c'est la raison certainement de la présence des présidents d'Orthez, Saint Perdon, Céret...
Ce n°4 revient donc sans trop se faire prier au cheval.

Non seulement il est brave, mais il est aussi plein de noblesse. Quel plaisir de voir El Adoureño s'amuser avec son novillo, à droite, à gauche, s'essayant à effectuer des figures stylées avec succès. Nous avons à nouveau apprécié l'alegria de Yannis dans son toreo. Ce n°4 aura finalement permis à El Adoureño de réveiller l'arène sur les terres de ses deux compagnons de paseo.


Une épée suffira pour faire s'agenouiller le novillo. Tout comme nombre de spectateurs, les huit socios de la peña (principalement féminines) ayant fait le déplacement auront ardemment agité le mouchoir blanc (et donné de la voix). La seule oreille incontestable de la tarde est pour El Adoureño.

Petite confidence : Il y a deux semaines, lors d'une tienta proche de Salamanca, Yannis s'est déboîté l'épaule droite. En fait ce fût un mal pour un bien : l'échographie a révélé que pour cette même mésaventure qui lui était arrivé le 2 octobre 2017 à Medina de Pomar, l'épaule ne s'était jamais remise en place correctement. Depuis lors, El Adoureño souffrait d'un handicap dont il n'avait pas conscience, ou bien dont il n'avait pas mesuré la gravité, ou du moins ses conséquences.

Le numéro 14, son second, sera comme les quatre autres novillos, bien présentés, mais s'éteindront rapidement, le cinquième refusant d'aller au cheval. Là aussi, une seule épée aura suffi à El Adoureño pour le faire tomber.

Offrons à Yannis, en pleine possession de ses moyens, des novillos de combat braves et nobles, El Adoureño brillera comme il nous l'a montré l'an dernier.

Laurent Langlois n'aura pas reçu le prix du meilleur picador et le prix de la plus belle faena n'aura pas été attribué. Même si ce n'est pas tolérable, il arrive que l'arbitrage se fasse parfois "à la maison". Ce n'est pas grave.
L'organisateur Michel Bouisseren a dû être déçu de ce lot de novillos qui n'a pas été à la hauteur de la prétention de son arène toriste.

Attention à ne pas tuer l'aficion de l'intérieur...!