samedi 18 août 2018

El Adoureño forfait à Roquefort


Comme cela a été annoncé dans notre communiqué du 9 août dernier, El Adoureño souffrait depuis la fin d’année dernière de l’épaule droite, celle-ci étant déboîtée.
Sa visite chez le chirurgien fin mai avait été réparatrice.
Une « voltereta » au cours d’une tienta a ravivé la douleur et a déboîté à nouveau cette épaule droite.
Le certificat médical indique que El Adoureño doit observer quelques jours de repos, le bras droit immobilisé.
Il ne pourra de ce fait être au paseo de Roquefort dimanche 19 août prochain.
A regrets.

mardi 14 août 2018

Débarquement des novillos de Roquefort

Découvrez ici le débarquement des :
- 3 premiers novillos
- 3 novillos suivants

de la ganaderia Conde de la Maza qu'affronteront dimanche prochain 19 août à 18 heures, à Roquefort (Landes) :

Joao SILVA JUANITO - Maxime SOLERA - El ADOUREÑO



jeudi 9 août 2018

Préparatifs à l'Alternative

L'alternative est à la corrida, la cérémonie au cours de laquelle le novillero acquiert le grade de matador de toros.
Au cours de cette corrida particulière, le matador le plus ancien offre au jeune torero son épée, sa muleta et son premier taureau : le premier taureau, lorsque le président fait sonner le troisième tercio, en principe, devrait être combattu par le matador le plus ancien. Lors de l'alternative, le parrain (matador le plus ancien) cède sa place au plus jeune. Le premier taureau est donc combattu par ce dernier. Le deuxième taureau est combattu par le matador le plus ancien, le troisième par le deuxième d'ancienneté. A compter du quatrième taureau, l'ordre normal reprend : le quatrième taureau est combattu par le plus ancien, le cinquième par le deuxième matador, le sixième par le plus jeune.

El Adoureño atteindra le grade de Matador de toros dimanche 9 septembre 2018 à DAX à 17h30

Cet événement demande, outre le fait de se sentir prêt pour affronter des toros de quatre ans et plus, quelques préparatifs.

Le costume







Après avoir conclu ce contrat d'alternative avec les organisateurs de Dax en décembre dernier, Yannis s'est occupé durant l'hiver de faire faire son costume d'alternative. Habituellement ses costumes sont confectionnés par un sastre de la banlieue de Madrid. Pour cet événement, il a choisi le meilleur de Madrid : Fermin qui habille toutes les figuras depuis des décennies!







Une fois dans sa maison de couture, joliment décorée, il faut choisir la couleur du costume, la matière, le motif que vont composer les paillettes ("lumières" dans le traje de luces), les machos, les caireles, la cravate, etc...

Pas simple avec tous ces modèles!




Après la longue séance d'essayage, (c'est le prix pour ne faire ensuite qu'un essai du costume), il sera livré. Le succès de Fermin est tel que le délai est très long, d'autant plus que Séville et Madrid vont démarrer prochainement et il réserve cette période pour les toreros qui se font déchirer leur costume lors de ces ferias majeures.
Date est prise pour un essai vers la mi-juillet et une livraison vers la fin juillet, sachant que le mois d'août, la sastreria tourne au ralenti pour cause de congés du personnel.

Bien que Yannis se déplace régulièrement dans la capitale espagnole pour achat d'autres outils de travail, soins médicaux et autres occupations, l'occasion était belle en cette journée ensoleillée de janvier pour consacrer un peu de temps à la culture espagnole.

Le choix se portera vers la visite du musée de la Reina Sofia, lequel abrite nombre de tableaux d'artistes français, et aussi une des oeuvres majeures du peintre espagnol aficionado Picasso : Guernica! C'était l'occasion ici pour Yannis de se remémorer les cours d'histoire du lycée de Nogaro pas si lointains où il étudia entre autres cette oeuvre-là.





Cette longue visite (et un peu fatigante) aura creusé l'estomac. C'est le moment du réconfort dans un bar typique de l'ancienne Espagne où les déchets sont à même le sol dans un certain vacarme où les camareros crient les commandes d'un bout de la salle à l'autre.


Les tapas étaient bonnes (comme d'habitude), le coca aussi, l'ambiance extra.


La cuadrilla : une famille pour son état d'esprit, une équipe pour sa conscience professionnelle.
El Adoureño est très fidèle avec ses "coéquipiers". Aussi depuis sa première novillada avec picador, la cuadrilla est pratiquement fixe.

Picadores
Laurent Langlois :
Il est le seul français de la cuadrilla. Longtemps cantonné à piquer lors de tientas, Yannis lui offre la possibilité de travailler pour lui dès le début de 2017. Le nombre de novilladas piquées pour Yannis lui permettent de progresser vite, son travail au deuxième novillo de Vic-Fezensac cette année sera la référence. La complicité prend forme.




Jesus Del Bosque :
Un des plus anciens picadors espagnols. Il a amené à la cuadrilla son expérience après avoir collaboré avec nombre de toreros espagnols. Il est respecté et est très heureux de collaborer avec un torero français. Il adore la France.






Banderilleros
Mario Campillo :
Ancien matador qui a beaucoup toréé en Amérique du sud. Mario est le coach, le conseiller, le confident de Yannis.
Il officie dans près de 70 spectacles par an.








Javier Cerrato :
Ancien matador, issu d'une famille de toreros. Toujours de bon conseil, il excelle dans la pose de banderilles, ce qui lui vaut de saluer régulièrement. Avec son âme toujours positive et joyeuse, il contribue à créer et maintenir une bonne ambiance dans le groupe.









Le troisième banderillero/puntillero est tournant, selon les occupations des uns et des autres.












Mozo de espadas, ayuda
Miguel Campillo : Mozo de espadas. Il a occupé ce poste pour de nombreux toreros. Il souhaitait
prendre sa retraite, c'est son fils Mario qui lui a proposé de poursuivre son activité avec El Adoureño. Son expérience lui permet de bien connaître cette activité et de se faire respecter. Sa disponibilité, sa souplesse, sa gentillesse ont généré une grande complicité nécessaire avec le futur matador. Il est aussi bon cuisinier.
Daniel Muñoz : Ayuda. De l'âge du novillero, il est étudiant et entame sa dernière année à Madrid pour être kinésithérapeute. Très taurin, il ne manque pas une occasion de faire un encierro, il est aussi champion de recorte. Dévoué, sensible, toujours disposé à rendre service, cette fonction lui sied parfaitement.

Apoderados
Angel Vaquerizo :
Espagne. Angel est chef d'entreprise dans la province de Segovia. Il a repéré Yannis lors de son retour dans le circuit des novilladas non piquées début 2016, en Espagne. Séduit par le talent et le courage de ce jeune novillero Angel lui propose de l'aider et de l'accompagner. Il lui propose de le loger et lui trouve des courses en Espagne. La dernière de l'année sera sa première novillada piquée. 2017 est l'année de la consécration en piquée et 2018 celle de l'alternative.





Gérard Ducès :
France. Gérard est chef d'entreprise dans le Gers. Natif de Nogaro, village où réside la famille de Yannis, il s'intéresse à celui-ci lorsque le maestro Richard Millian l'informe qu'un jeune de son école qui réside dans ce village gersois semble prometteur. Yannis débute alors les becerradas. Il fera son stage scolaire dans l'entreprise de Gérard et les deux restent en contact. En 2018, Yannis souhaite que Gérard s'occupe aussi de lui, notamment en France. Ce dernier est fier d'être à l'origine de l'alternative de Dax, le 9 septembre.
Il a en charge également la communication du torero. Tél : +33 608 534 928

Le torero
Yannis Djeniba "El Adoureño". Après une première année de novilladas piquées très prometteuse, exclusivement en Espagne, El Adoureño a mis un peu de temps à trouver le sitio pour cette deuxième année démarrée en France. Il devrait arriver à l'alternative avec un total proche de 45 novilladas piquées, totalisant à cette fin juillet 2018, 53 oreilles, 4 queues, 1 indulto.
Avec de tels chiffres, il est évident que El Adoureño sera fin prêt pour prendre son alternative le 9 septembre 2018 à 17h30 à Dax.

L'alternative n'est pas une fin en soi, c'est une étape obligatoire et qui semble souvent inaccessible aux jeunes toreros caressant le rêve d'être un jour matador de toros.

El Adoureño pense déjà aux corridas qu'il devrait effectuer dès cette fin d'année 2018 en Espagne.

lundi 6 août 2018

Despedida de Novillero en France à Roquefort

L'intersaison a été fatigante pour El Adoureño, partagé entre les conférences en france (entre une et trois par Week-end) et les aller-retour en Espagne, la réception du zapato de oro ...un peu lourd à porter en début de saison, l'annonce de l'alternative, sa présentation en France dans le Sud-Est et dans le Sud-Ouest, sa présentation dans les arènes majeures de la tauromachie : Arles, Madrid, Séville, Vic-Fezensac … et l'épaule droite qui n'avait pas retrouvé sa place originelle depuis septembre dernier!
Les six premières novilladas n'ont pas permis de débloquer le compteur des trophées, situation inhabituelle pour El Adoureño.

Souffrir en silence et persévérer, ne rien lâcher et toujours s'entraîner. Et comme si la visite chez le chirurgien allait tout remettre en place!

Depuis Boujan le 30 juin dernier, El Adoureño a effectué six paseos et totalise depuis 9 oreilles, en se positionnant à la 2ème place de l'escalafon, 1er français. Le rythme est repris, le chemin vers l'alternative se poursuit plus que jamais.

Dimanche 19 aôut prochain, en marge de son terroir du Bas-armagnac, El Adoureño effectuera son dernier paseo en France, à Roquefort, dans les Landes. Cette despedida de novillero, à quelques kilomètres de chez lui, correspondra à sa trente huitième novillada piquée, totalisant 53 oreilles, 4 queues, un indulto.
El Adoureño poursuivra En Espagne avec six novilladas pour le moment, avant l'alternative du 9 septembre à Dax.



Deux oreilles pour El Adoureño pour le week-end landais

SOUSTONS : L’OREILLE POUR EL ADOUREÑO
Grand beau temps, un peu d’air aidant à supporter une canicule…..pas si caniculaire(28°). Une demie arène, entièrement groupée côté ombre !

Novillos de Fernando Peña, montrés à leur avantage l’an dernier. Cette année nous allâmes a mas du pire au meilleur. Le pire ce fut le premier, passnt plus de temps couché que debout, le meilleur le dernier, de trapio imposant pour un novillo, avec un berceau imposant, poussant la cavalerie à reculer sur une bonne dizaine de mètres, noble, il y’eu même une pétition de vuelta. Très noble le 5ème. Quelques cornes « escobillées », le 1er et le 4ème en particulier.

El Adoureño (que l’on continuera à appeler Yannis !) a largement dominé la tarde. Il amène son toro au centre pour de belles naturelles citées de face. Le toro se retourne vite, mais Yannis enchaîne en se croisant ajoutant un adorno en prime. Manoletinas pour terminer. Mais 6 descabellos auront raison du succès. Silence. A son deuxième, à noter un quite qui lui vaudra le prix correspondant attribué par le club taurin.Il attaque sa en faisant venir son toro sur des cambiadas au centre. Belles séries de naturelles allurées, tirées au maximum. Yannis en veut, il torée avec élégance et temple. Une série de pechos pieds rivés au sol et des circulaires enchainées dans les cornes. Une demie sera suffisante et l’oreille tombera !
(Corrida Passion)

El Adoureño coupe une grosse oreille à Parentis

"La chaleur est ennemie de la tauromachie. C’est du moins ce que doivent penser les organisateurs parentissois en faisant leur compte après la première novillada de la San Bertomiu 2018. C’est devant une demi-arène, concentrée à l’ombre, que s’est déroulée cette première course de la Féria organisée par l’ADA Parentis.
Le sixième (Aguadulce) est un joli colorado. Il se grandit sous la première
pique, provoquant la chute du groupe équestre. Le picador Jesus del Bosqué, un moment la jambe coincée sous le cheval, est évacué vers l’infirmerie. Laurent Langlois prend le relais pour remettre les choses d’aplomb avec deux bons puyazos pris avec bravoure et force par le novillo. Après avoir brindé au public, El Adoureño, après deux bonnes séries qui mettent en exergue les qualités du novillo, choisit une tauromachie plus prompte à porter sur le public. Frustré depuis le début de la corrida, le public adhère et sort de la torpeur dans lequel il a été plongé par les cinq faenas précédentes. C’est bien, confirme que le torero est dans une meilleure passe qu’en début de saison, et lui permet de couper une oreille après une bonne entière en place …"
Thierry Reboul - Corridafrance.fr

vendredi 3 août 2018

El Adoureño reaparece en Parentis en Born


FRANCIA

(Foto: Arjona)
El Adoureño reaparece en Parentis-en-Born
El novillero actuará en la localidad gala cinco días después de sufrir una cornada en el escroto en Hagetmau
Por Redacción APLAUSOS
Viernes 03 de agosto de 2018         
·          
·          
·          
·          
El novillero francés El Adoureño actuará este sábado en Parentis-en-Born tras sufrir el pasado lunes una cornada en el escroto en la plaza de Hagetmau. El novillero, que ya mostró su intención de comparecer en esta cita después del percance, hará el paseíllo con García Navarrete y Jorge Rico y ante novillos de Aguadulce.
El Adoureño resultó herido en la plaza de la localidad francesa de Hagetmau cuando entraba a matar, sufriendo una cornada de veinte centímetros en el escroto.

mercredi 1 août 2018

lundi 30 juillet 2018

El Adoureño blessé à Hagetmau



La feria de novilladas d’Hagetmau. Deuxième course du cycle. Des novillos d’Ana Romero et Rehuelga pour Toñete, El Adoureño et Dorian Canton .
 El Adoureño, jeune novillero de Nogaro est pris au cinquième exemplaire : coup de corne dans le scrotum sur une dizaine de centimètres avec sortie de testicule. Pris en charge par l’équipe chirurgicale des arènes il a été anesthésié puis évacué vers les urgences de l’hôpital Layné à Mont-de-Marsan, ses jours ne sont pas en danger. Il sera ce lundi examiné par un urologue. El Adoureño doit toréer samedi prochain lors de la feria de Parentis- en- Born.





 "El Adoureño a échappé fort heureusement à un coup de corne qui eut pu être bien plus grave.  Attrapé par le cinquième novillo il est violemment soulevé puis repris au sol. La blessure est douloureuse mais peu grave …enfin on parle là de toreros et donc d’êtres hors du commun. Ce qui clouerait au lit pour trois semaines n’importe qui va dans son cas lui permettre pourtant de toréer samedi. Quant à la course d’Ana Romero et Rehuelga elle a offert le bon, le moyen et le médiocre avec du sérieux dans la présentation. Le plus mauvais « sorteo » pour El Adoureño qui se mange une sacrée carne puis un novillo qui veut le croquer… »Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne
El Adoureño devrait quitter l'hôpital de Mont de Marsan ce lundi après midi et sera sur pied le week-end prochain pour assurer ses engagements à Parentis samedi 4 août et à Soustons, dimanche 5 août.

dimanche 29 juillet 2018

Javier CERRATO blessé à Tudela



Javier CERRATO, second banderillero de El Adoureño est blessé à Tudela en posant les banderilles pour le nouveau matador Pacheco. Souhaitons-lui un prompt rétablissement pour le retrouver dans la cuadrilla dès le week-end prochain à Parentis et Soustons.

vendredi 27 juillet 2018

Les novillos d'Hagetmau sont arrivés

Découvrez ici le débarquement des novillos qu'affronteront dimanche 29 juillet à 18 heures :
Toñete - El Adoureño - Dorian Canton